Genny

Test
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roman [GALAV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Genny
Admin


Messages : 343
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Roman [GALAV]   Mer 4 Aoû - 19:28

Des pas résonnaient dans le grand Hall de la salle. Un instant auparavant, tout avait été silencieux ici, mais le bruit des bottes venait troubler le lourd silence de la pièce.

« C’est la fin… vous ne pourrez plus vous échapper maintenant. J’atteins mon but final, comme je l’avais prédit au tout début. »

Un fusil apparut dans la main gantée de la personne aux bottes alors qu’un homme s’avança dans la pièce, une arme à feu à la main. Les deux adversaires, tous deux armés, s’observèrent un long moment. Tel un combat du Far West, tous deux attendaient de voir qui oserait tirer en premier. Personne n’osait lever son arme vers l’autre. Personne n’osait quitter son adversaire des yeux. La personne aux bottes fut trop rapide pour l’homme. Tué d’une balle au cœur, celui-ci s’effondra au sol alors que la personne aux bottes éclatait de rire.

** ** **

Le cadran électronique sonna bruyamment dans la chambre calme de la jeune fille. Ouvrant un œil, elle bailla et regard l’heure. Déjà six heures du matin.

« Stupide réveil-matin ! Tu aurais pu oublier de sonner… ça m’aurait évité de devoir aller à l’école. », marmonna-t-elle, la tête à moitié enfouie dans son oreiller.

La sonnerie stridente lui tapait royalement sur les nerfs, si bien, qu’elle finit par se lever pour l’arrêter. Elizabeth, s’étira et bailla longuement. Vêtue d’un pyjama rose à oursons bleus, qui était d’ailleurs un peu trop grand pour elle, elle chercha un moment l’interrupteur pour y voir plus clair. C’était un matin sombre de pluie… le genre de matin où tout le monde voudrait rester dans son lit à dormir. Dommage qu’elle ne le puisse pas, par contre! Ce matin, Elizabeth avait un examen d’économie… comme pour les précédents, elle ne le passerait probablement pas. La jeune fille avait 17 ans, mais comme elle venait tout juste de les avoir, elle était encore en secondaire cinq… l’an prochain, se serait, pour elle, son arrivée au CÉGEP. Elle pourrait au moins dire adieu aux examens d’économie.

Une fois l’interrupteur trouvé, Elizabeth ne mit pas vraiment de temps à aller se laver, se changer et commencer à se peigner pour aller à l’école. Ses longs cheveux roux emmêlés accentuaient la couleur verte de ses yeux, bien que ceux-ci changent de couleur selon son humeur, et son teint trop pâle lui donnait un air de zombie pour ce début d’année scolaire. Elle ne bronzait pas ; elle brûlait au soleil tout simplement. Une fois sa longue crinière de feu démêlée, elle monta à l’étage, vêtue d’un simple jean et d’un t-shirt.

Son frère, Xavier, qu’elle surnommait, affectueusement, le Moron, était déjà en train de manger son petit-déjeuner, lorsqu’Elizabeth entra dans la cuisine. Il n’avait que 14 ans et mangeait comme un véritable goinfre. Justement, c’était la troisième tranche de pain qu’il mangeait !

« Ça t’embêterais de laisser un peu de pain ?! Ça va faire trois fois que maman doit en acheter cette semaine! T’es qu’un goinfre. », s’exclama Elizabeth en le voyant manger une quatrième tranche de pain, alors que Xavier lui faisait un sourire d’imbécile.

Tous deux mangèrent un rapide déjeuner, puis, partirent pour l’école.

** ** **

L’examen d’économie d’Elizabeth se passa très mal. Elle n’avait rien comprit des questions et avait répondu n’importe quoi à la plupart des questions. Sa journée avait été infernale. D’abord, elle n’avait rien mangé pour le dîner parce qu’elle avait oublié son argent pour la cafétéria et ensuite, sa journée avait été plus que merdique. Bien heureuse de retourner chez elle avec son petit frère, celui-ci alla directement jouer à la console de jeu vidéo en attendant le souper. Sa sœur, Elizabeth, commença à faire son devoir de mathématiques tout en jetant de temps en temps au coup d’œil au jeu de son frère.

** ** **

Des pas résonnaient dans le grand Hall de la salle. Un instant auparavant, tout avait été silencieux ici, mais le bruit des bottes venait troubler le lourd silence de la pièce.

« C’est la fin… vous ne pourrez plus vous échapper maintenant. J’atteins mon but final, comme je l’avais prédit au tout début. »

Un fusil apparut dans la main gantée de la personne aux bottes alors qu’un homme s’avança dans la pièce, une arme à feu à la main. Les deux adversaires, tous deux armés, s’observèrent un long moment. Tel un combat du Far West, tous deux attendaient de voir qui oserait tirer en premier. Personne n’osait lever son arme vers l’autre. Personne n’osait quitter son adversaire des yeux. La personne aux bottes fut trop rapide pour l’homme. Tué d’une balle au cœur, celui-ci s’effondra au sol alors que la personne aux bottes éclatait de rire.

** ** **

« Zut! Ça fonctionne pas encore… », s’exclama le jeune garçon, qui recommençait pour la centième fois la fin de la partie.
« Ça à l’air facile pourtant ! »
« Ah oui? Alors, termines-moi donc le jeu si tu es si douée ! »

La jeune fille resta un moment silencieuse. Le défi lui plaisait, ainsi, elle pourrait donner une bonne leçon à son frérot, mais d’un autre côté, elle ne comprenait pas le but du jeu. Elle lui demanda des explications.

« C’est simple : L’action se passe dans Galav, une galaxie différent de la nôtre où cinq planètes sont dominantes : Gaïa, Anoria, Laténo Alombr et Vial. Chaque planète a sa caractéristique. Il y a aussi plusieurs races différentes sur ces planètes, tu prends par exemple Alombr : il y a des Lycans; loup-garou, Vampire, Elfes Noirs; ou Drow etc. », Xavier resta un moment silencieux. Il rassemblait ses idées afin d’expliquer le mieux possible le principe du jeu à sa sœur. « Les cinq planètes sont justement menacées par quelqu’un. Au début du jeu, on nous informe qu’un conquérant inconnu veut prendre possession de toutes les planètes de Galav pour en réduire les peuples en esclavages. Et maintenant, je suis à la fin du jeu et je n’arrive pas à battre ce conquérant. »

Elizabeth acquiesça. Oui, le défi était tentant… Acceptant finalement de tenter son coup, elle prit la manette de jeu.

** ** **

Des pas résonnaient dans le grand Hall de la salle. Un instant auparavant, tout avait été silencieux ici, mais le bruit des bottes venait troubler le lourd silence de la pièce.

« C’est la fin… vous ne pourrez plus vous échapper maintenant. J’atteins mon but final, comme je l’avais prédit au tout début. »

Un fusil apparut dans la main gantée de la personne aux bottes alors qu’un homme s’avança dans la pièce, une arme à feu à la main. Les deux adversaires, tous deux armés, s’observèrent un long moment. Tel un combat du Far West, tous deux attendaient de voir qui oserait tirer en premier. Personne n’osait lever son arme vers l’autre. Personne n’osait quitter son adversaire des yeux.
L’homme, qui se trouvait être le personnage principal du jeu, dégaina rapidement son arme, mais plutôt que de tirer, sauta sur le côté pour esquiver la balle de son adversaire tout en tirant. Le conquérant mourut, s’écrasant au sol dans un bruit sourd.

** ** **

Xavier resta bouche bée. Sa sœur venait de tuer l’horrible méchant du jeu en déplaçant simplement son personnage! C’était trop injuste… elle n’avait pas le droit de comprendre dès le premier essai! De l’injustice! Voilà ce que c’était. Mais alors qu’il s’apprêtait enfin à réagir pour éviter à sa sœur ce doux moment de triomphe, celle-ci se mit à crier. Ses mains se désintégraient à une vitesse fulgurante et les minces particules de couleurs que celle-ci devenait se dirigeaient rapidement vers la console de jeu, comme si le jeu la mangeait. Plus elle disparaissait, plus les deux enfants criaient. L’une par peur, l’autre par panique. Peu à peu, Elizabeth disparaissait… puis, plus rien ! La sœur de Xavier venait de disparaître, aspirée par le jeu…

** ** **

L’Homme qui venait de tuer le conquérant, resta sur place quelque instant, savourant sa victoire, tout en serrant son arme, presque affectueusement ou le plus possible pour une arme. Mais celle-ci ne dura pas bien longtemps… il venait d’entendre un cri… mais cela était impossible, car eux, le conquérant et lui, étaient seuls lorsqu’ils étaient entrés dans la salle et même dans la bâtisse d’où qui abritait cette salle. L’Homme avait bien vérifié, ne voulant pas faire plus de blessés ou de morts qu’il n’y en avait déjà eu. Par contre, il y avait quelque chose de bien étrange dans ce cri, car il venait de nulle part et de partout à la fois. On aurait presque dit que le cri venait de sa tête, mais il l’entendait bien, et celui-ci ne venait pas de sa tête. De toute manière, ce n’était pas de son genre d’avoir des cris dans sa tête. Après quelque seconde, il vit des particules de couleur sortir de partout et de nulle part apparaître sans aucune raison particulière, tout comme les cris.

L’Homme qui avait vu beaucoup de choses dans sa vie, n’avait jamais vu cela auparavant, ni même entendu parler de cela non plus. Il resta sur place, se demandant ce qui allait arriver, mais il posa tout de même la main sur son arme… il était surpris, ahuri, mais pas fou et imprudent. Après quelques instants, il n’avait pas lâché les particules de couleur des yeux, il vit apparaître une forme humaine, d’une jeune fille ou jeune femme, qui continua de crier même après être apparue au complet. L’Homme qui était de nature patiente généralement, perdit sa patience à ce moment. Les derniers évènements n’ayant pas aidé en rien. Alors, il dit d’une voix claire et forte, pour que la jeune fille ou jeune femme l’entende malgré ses cris.

« Est-ce que vous pourriez arrêter de crier ? »

Alors, cette jeune fille, il la voyait mieux maintenant, s’arrêta de crier. L’Homme lui sourit pour la remercier, mais d’un sourire plutôt figé, il n’avait pas sourit depuis bien longtemps. La jeune fille regardait autour d’elle, ayant l’air de se demander où qu’elle était. L’Homme la regarda elle. La jeune fille avait de longs cheveux roux plutôt raide en ce moment, était de poids et de grandeur moyenne, assez pâle… ce qui était plutôt normal en ce moment.

** ** **

Totalement perdue, éberluée et désorientée Elizabeth se demandait bien où elle avait atterri… pourquoi avait-elle acceptée de jouer au stupide jeu vidéo de son frère ? Est-ce qu’en si peu de temps, on pouvait imaginer cela ? Est-ce que c’était de cette manière que l’on devenait accro ? Elizabeth ne le pensait pas… car sinon son frère, qui serait bientôt mort, serait encore plus étrange qu’en ce moment. S’il n’y avait pas eu une voix forte d’homme, dans une langue qu’elle comprenait, Elizabeth aurait continué de crier, sans s’arrêter.

Alors, elle fut tellement surprise, qu’elle arrêta de crier et elle regarda son interlocuteur; grand, pâle, bruns aux yeux plutôt sombres. Par la suite, elle commença à regarder autour d’elle pour voir tenter de reconnaître l’endroit où elle se trouvait… d’ailleurs c’était un endroit qu’elle connaissait ! Pourquoi est-ce que le jeu vidéo l’aurait, en quelque sorte, mangé, si cela avait bien eu lieu, si c’était pour l’envoyer à un endroit qu’elle connaissait déjà? Mais… le décor ressemblait énormément au décor du jeu vidéo, le décor de la scène finale… Elizabeth ferma ses yeux et elle essaya de réunir ses idées sur ce qui venait de se passer…

Tout d’abord, le jeu vidéo de son frère l’avait 'mangé' pour l’amener à la scène finale… mais juste après… ce qu’elle avait réalisé en quelque sorte, car son frère n’avait jamais été capable de finir la fin de la partie… Elizabeth ne se connaissait pas beaucoup en jeu vidéo, mais elle savait qu’aucun jeu vidéo n’avait, jusqu’à présent, mangé quelqu’un à la fin d’une partie après l’avoir gagné… elle ouvrit ses yeux et regarda l’homme qui lui avait dit de se calmer, ne sachant pas trop quoi dire… s’il y avait quelque chose à dire, bien entendu.

** ** **

L’Homme ne parla plus à la jeune fille, qui semblait réfléchir après avoir regardé autour d’elle, avant que celle-ci soit un peu plus calme et prête à pouvoir parler. Et en même temps, il pourrait donc lui aussi réfléchir à ce qui venait de se passer. Il y eut tout d’abord le cri qui avait eu lieu peu de temps après qu’il est tué le conquérant et ensuite des particules de couleur apparurent pour former une jeune fille… et la jeune fille était habillée plutôt étrangement, avec de drôles… d’accessoires ? Selon lui, c’était plutôt de mauvais goût, mais à quoi pouvait-il s’attendre d’une jeune fille venant de particules de couleur ? Il ne le savait pas du tout, mais au moins elle parlait la même langue que lui… à moins que le fait d’avoir entendu une voix ait calmé la jeune fille.

L’Homme ne savait pas trop à quoi s’attendre, mais il conserva tout de même son calme, mais pas sa patience. Lorsque la jeune fille lui adressa un regard, sans dire un mot, l’Homme lui dit donc, ce qui pouvait paraître un peu stupide, mais il fallait bien commencer quelque part… et ce qu’il allait dire était assez important.

« Est-ce que vous comprenez ce que je dis ? »
« Ben oui! Pourquoi est-ce que je ne vous comprendrai pas ? »

L’Homme fut assez surpris, de la réaction de la jeune fille, et de ses paroles, qui était une réaction qui semblait totalement non réfléchie… mais au moins elle comprenait ce qu’il disait. Alors, il dit donc.

« C’était seulement pour vérifier… je me nomme… »

** ** **

Lorsque l’homme lui demanda si elle comprenait ce qu’il disait, Elizabeth répondit très vite sans réfléchir… comme elle faisait d’habitude, lorsqu’elle était dans une situation particulière. Même si elle était comme ça habituellement… mais c’était encore pire. Ensuite, tant elle était impatiente, elle coupa tout simplement la parole à l’homme lorsque celui-ci voulu se présenter.

« Est-ce que vous savez pourquoi je suis dans le jeu vidéo de mon frère ? »

Lorsque l’homme la regarda, elle se dit qu’elle venait de faire une bêtise… car celui-ci la regardait très bizarrement et sa réponse venait avec.

« Premièrement, je n’aime pas que l’on me coupe la parole. Et qu’est-ce qu’un jeu vidéo ? Je n’ai jamais entendu parler de cela. »

Elizabeth regarda l’homme, encore plus désarmée qu’auparavant… alors, elle était vraiment dans le jeu vidéo… car même l’homme du jeu vidéo ne savait même pas qu’il était un jeu vidéo. Elle essaya de retenir les larmes qui allaient sortir, mais il y en avait déjà une qui sortait… et puis deux… elle renifla, et puis trois… et elle ne tenta même plus de les retenir… son dernier espoir venait de tomber à l’eau. Après trente secondes, elle s’était calmée, elle regarda l’homme qui n’avait pas bougé qui avait maintenant de la compassion dans ses yeux. Elizabeth lui sourit faiblement, et elle dit d’une voix qui n’était pas vraiment normale, car elle avait encore le goût de pleurer.

« Je veux juste retourner chez moi… »

** ** **

L’Homme hocha la tête à la suite de ce que venait de dire la jeune fille… qui venait sûrement d’un autre monde, mais pas de Galav… vraiment un autre monde, pas une autre planète. Il n’avait pas parlé lorsque la jeune fille avait pleuré, car il réfléchissait en même temps. Un jeu vidéo… il ne savait pas ce que c’était, mais cela devait être… il n’en avait pas la moindre idée et ceci était rare. Il regarda la jeune fille et il s’approcha. Il la vit reculer dès qu’il fut trop près, donc il s’arrêta. Il regarda à nouveau la jeune fille qui essuyait quelque larme, et il prit la parole d’un ton qui se voulait compatissant.

« Je ne peux pas vraiment expliquer ce qui vous a amené ici, ni ce qu’est un jeu vidéo. Mais je connais une personne qui le pourrait peut-être. Elle est très sage et cultivée. Je sais que vous ne me faites pas confiance, mais soit je pars ou soit vous restez toute seule avec votre problème. » Il dit cela d’un ton assez sévère et il rajouta, en partant. « En passant, je me nomme Anwar. »

** ** **

Elizabeth regarda l’Homme… Anwar… il allait la laisser toute seule? Peu importe qu’elle lui fasse confiance ou non… elle ne voulait pas rester toute seule dans ce monde qu’elle ne connaissait pas… et Anwar, quel drôle de nom, connaissait quelqu’un qui était très sage et cultivé. Elle dit donc, en le voyant s’éloigner.

« Eh… Anwar! Je vais venir avec vous… »

Elizabeth lui emboîta le pas. Anwar marchait assez rapidement… comme si quelque chose le pressait à sortir plus rapidement de cet endroit horrible. Enfin, il y avait de quoi vouloir sortir. Le cadavre du conquérant restait là, sans vie… Chose assez horrible à voir dans cette réalité si étrange qu’était devenu le jeu vidéo Galav. Cette vision d’horreur lui donnait envie de vomir et bien que la jeune fille avait du mal à suivre l’homme, elle le remerciait grandement d’accélérer le pas.

« Allez, on se dépêche un peu ! Si les autorités arrivent et nous coince, on finira en prison. »

En prison?! Mais… il venait de tuer un imbécile de conquérant ! Pourquoi voudrait-on le mettre en prison ? Elizabeth confia ses questions à Anwar qui lui répondit rapidement.

« On ne peut pas tuer quelqu’un. Même pas les Vampires d’Alombr. Je risque beaucoup si on retrouve à la fois le cadavre et moi sur le même lieu, même si beaucoup en seront heureux de le savoir mort. Il n’y a que les Dirigeants des Cinq Planètes qui peuvent mettre à mort quelqu’un. »

Les Dirigeants des Cinq Planètes ?! Pfff, tout cela était bien incompréhensible… La jeune rousse et l’homme finirent par sortir de la salle. Rapidement, Anwar l’entraîna dans un couloir étroit. Elizabeth le ralentissait beaucoup, mais il ne pouvait pas la laisser ici… même s’il y avait songé un peu plus tôt. Se serait bête de livrer une enfant à la mort, alors qu’elle n’avait tué personne! Maudissant les Autorités, Anwar sortit son arme de sa longue veste noire. Il avait entendu un bruit étrange.

« Reste bien derrière moi. J’ignore sur qui nous tomberons… »

Elizabeth obéit sans ne rien dire. Le cœur battant à tout rompre, elle entendait des pas se rapprocher d’eux, alors qu’eux-mêmes cessaient leur course. Les bruits de pas approchaient.

« Pas un bruit, pas de respiration forte, pas de faux pas. Dès que nous serons à l’extérieur, nous n’aurons plus rien à craindre. Le Gouvernement est imbécile et jamais ils retrouveront ma trace. Ils ont mieux à faire que de perdre de l’argent à lancer des recherches contre le tueur du conquérant. », lui dit Anwar, chuchotant très faiblement.

Enfin ils virent la personne qui venait vers eux depuis tout à l’heure, mais dont seulement les pas rapides avaient raisonnés dans les couloirs. Une jeune femme de grande taille se trouvait devant eux, l’arme d’Anwar pointée vers elle. Ses longs cheveux blonds étaient plaqués contre son visage trempé de sueur. Une femme plutôt belle et probablement dans la vingtaine…
** ** **

Xavier resta sans voix. Quand la porte de la maison s’ouvrit pour laisser entrer sa mère, il poussa un cri d’horreur qu’il tenta de dissimuler de son mieux.

« Xavier?! Où est ta sœur ? »
« Euh… euh… elle est… euh… »

Vite! Une excuse… Il n’était quand même pas pour lui dire qu’il avait vu sa sœur être aspirée par le jeu! Sa mère irait le placer à l’asile ou au huitième étage d’un hôpital.

« Xavier… Je t’ai demandé où était ta sœur, réponds-moi ! », lui dit sa mère d’un air sévère.
« Elle est… euh… chez une amie! Elle était supposée t’appeler ce midi, mais… euh… elle a dû euh… oublier ! »

Xavier avait l’impression de ne pas être crédible du tout… Pourtant, sa mère acquiesça. Combien de temps arriverait-il à tenir ses mensonges ? Sa sœur reviendrait-elle un jour ? Que lui était-il arrivé ? Il n’en savait rien…

** ** **

Anwar observa un long moment la jeune femme qui restait immobile, face à eux. L’homme laissait son arme à feu pointé sur elle, avant de doucement l’abaisser.

« Fay. Il était temps que tu arrives, je commençais à croire que j’allais devoir me débrouiller seul pour trouver cette sortie idiote. »

La jeune femme du nom de Fay sourit et soupira. Elle fit signe à Anwar et à Elizabeth de la suivre. Elle les guida jusqu’à une sorte de porte blindée, qu’elle fit ouvrir grâce à une carte qu’elle glissa dans une machine. Ils sortirent rapidement. La porte se referma derrière eux. Étrangement, Elizabeth aurait cru se retrouver à nouveau dans un étroit couloir, mais en fait, c’était loin d’être le cas. Ils se trouvaient dehors! La femme leur fit traverser une sorte de cour, pour les mener le plus rapidement possible à un parc. Dehors, il faisait nuit.

« Parfait, il fait encore nuit. Combien de temps avant le jour ? », demanda Anwar, se tournant vers Fay. Elle lui montra sept doigts. « Parfait ! Restez ici toutes les deux, je reviens dans un instant. », leur dit l’homme vêtit de noir qui partait en courant du parc, laissant les deux femmes seules.

Fay n’avait dit aucun mot depuis qu’Elizabeth l’avait vu. Était-elle muette ? Qui était-elle ? Pourrait-elle l’aider à retourner dans son monde, hors de ce jeu ? Et maintenant que le ‘méchant’ était mort, que se passerait-il ici ? Son frère jouait-il le personnage qu’était Anwar dans leur monde ? Contrôlait-il Elizabeth sans qu’elle ne s’en rendre compte ? Peut-être.

« Qui êtes-vous ? » demanda la jeune rousse à Fay.

La femme ne dit rien. Elizabeth commençait réellement à croire qu’elle était muette.

« Êtes-vous muette ? Savez-vous parler ? Écrire ? »

Fay resta silencieuse un long moment avant d’ouvrir la bouche.

« Ej en elrap sap ertov eugnal siam ej al dnerpmoc. », dit-elle, dans une langue complètement incompréhensible pour Elizabeth.

Fay sembla maudire son incapacité à s’adresser correctement à Elizabeth. Elle ne connaissait pas grand-chose de cette langue commune que tout le monde utilisait. Elle fit néanmoins un effort immense pour se faire comprendre.

« Pas plaler votré lang… »

Elizabeth soupira. Ça pourrait être pire, même si elle avait plus le goût de sauter à la gorge de Fay qu’autre chose. Mais pourquoi fallait-il que ce Anwar la laisse en compagnie d’une femme qui ne parlait même pas leur langue ! Un bruit la fit sursauter. Anwar revenait vers eux, après avoir enjambé un buisson.

« Parfait. Toi, tu vas derrière les arbres là-bas. Tu y trouveras mon vaisseau. Monte dedans et attends-nous. », lui ordonna-t-il.

Anwar lui semblait… blême. Était-il malade? Vous savez, ce teint blanc que vous avez lorsque vous n’allez pas bien ? Eh bien l’homme avait exactement le même. Allant rapidement à l’endroit indiqué par l’homme, Elizabeth poussa un cri de surprise en voyant le ‘vaisseau’… Il ressemblait à une énorme chauve-souris! Sombre… laid… Rien de bien joli et joyeux. Prenant son courage à deux mains, elle entra dans l’étrange vaisseau. Elle avait toujours imaginé ceux-ci comme dans l’univers de Star Wars et celui-là n’y ressemblait en rien. Au plafond sombre du vaisseau, on pouvait voir cet étrange dessin, qui semblait représenter un système solaire.

Les autres ne venaient pas. Impatiente et énervée de ne rien comprendre, Elizabeth sortit du vaisseau d’Anwar. Elle retourna au buisson et jetant un coup d’œil à Fay et l’homme, elle remarqua que celui-ci était justement un trop penchée au niveau du cou de la femme. Il l’embrassait dans le cou?! Désespérée d’être tombée sur deux amoureux, elle lâcha un cri de peur en voyant Anwar lever la tête et se tourner vers elle. Il avait du sang un peu partout sur la bouche! Il n’embrassait pas Fay… il buvait son sang!Remarquant qu’Elizabeth l’observait d’un air apeuré, Anwar soupira et essuya ses lèvres pleines de sang. Il s’approcha rapidement d’elle. Elizabeth recula. Bientôt, tous finir dans le vaisseau. Pour être certain que la fille ne fuit pas, il ferma la porte d’entrée de l’engin et s’adressa à elle.

« Écoute, je ne te veux aucun mal… Je sais que cela peut te paraître horrible, mais je n’ai pas le choix… Ce n’est tout de même pas de ma faute si je suis à moitié Vampire et que j’ai quand même besoin d’une dose de sang pour vivre ! Fay me sert un peu de garde-manger… ça m’évite de perdre le contrôle et attaquer n’importe qui d’autre. Elle me suit partout et c’est une très bonne amie à moi… »

Fay acquiesça pour soutenir Anwar. Un lourd silence s’installa dans l’engin… et c’était un de ses silences, lourd, imposant et gênant… il commençait même à devenir oppressant et glacial… pour rompre ce silence quelque peu étrange, Anwar s’approcha de la porte d’entrée du vaisseau, pressa sur un des boutons qui étaient situés là et il dit.

« Nous avons fini d’embarquer, vous pouvez partir. »

Ensuite, Anwar relâcha le bouton et se retourna en direction de Fay et d’Elizabeth et retourna à la même place qu’un peu plus tôt, à côté de Fay et face à Elizabeth.

« D’accord. Attention au décollage. »

Cette dernière voix semblait être humaine, mais était tout de même assez bizarre. Comme si cette personne n’avait pas parlé depuis un long moment ou qu’elle ne parlait pas très souvent.

Ensuite, Anwar regarda Elizabeth et celle-ci recula encore davantage. Il regarda Fay d’un air légèrement découragé, se demandant ce qu’il devait faire avec cette jeune personne, venue d’il ne savait où. Pour toute réponse, Fay haussa les épaules et elle dit à Anwar.

« Ej siav rella iul relarp. Ut sariudart ec euq ej siav iul erid. »
« Tu penses réellement que cela va fonctionner ? »

Elizabeth en entendant des voix regarda dans cette direction et eut seulement le temps de voir Fay hausser les épaules. Elle rebaissa par la suite la tête, mais que quelque instant, car elle avait entendu des pas venir vers elle. Ce qui était effectivement le cas, car Fay se dirigeait vers elle… Elizabeth recula alors vivement, mais pas très loin… le mur du vaisseau l’empêchait d’aller plus loin. Elle la regarda donc venir, se retenant de se mettre à crier. Lorsque Fay fut assez près, elle se mit à lui parler.

« Tse’c iarv ec euq sa’t sid Anwar…li et tuev nucua lam… »
« C’est vrai ce que t'avais dit Anwar… il te veut aucun mal… »

Anwar traduisit ce que venait de dire Fay, mais Elizabeth continua de regarder le sol, ne parvenant pas à comprendre tout ce qui se passait… être dans le jeu vidéo de son frère, une jeune femme qui parlait une étrange langue, un demi-Vampire… Elizabeth aurait bien voulu collaborer, mais tout semblait aller trop vite et être trop bizarre pour qu’elle puisse réfléchir à cela. Fay continua de parler… mais Elizabeth éclata en sanglot avant et glissa sur le bord du mur du vaisseau jusqu’à se retrouver par terre, ses genoux devant elle, ses mains devant ses yeux et sa tête posée sur ses genoux. Fay regarda Anwar et celui-ci haussa les épaules… jamais il ne comprendrait les réactions humaines et encore moins celle des femmes… Fay secoua sa tête et s’approcha d’Elizabeth, s’accroupit aussi et la prit dans ses bras pour essayer de la consoler. Elizabeth continua de pleurer un bon moment et puis, finalement, s’endormie dans les bras de Fay. Toutes ses émotions ayant eu raison d’elle.

** ** **

Dès que sa mère fut partie de la pièce, Xavier regarda le jeu vidéo et le ferma, le débrancha et alla l’enfermer dans le placard de sa chambre… ensuite, il s’accota sur celui-ci et essaya de rassembler ses idées… sa sœur avait fini le jeu et puis avait été aspirée par le jeu… il se demandait si cela était déjà arrivé à d’autres personnes avant lui… il se dirigea donc vers le sous-sol, et commença à faire des recherches sur le Net pour pouvoir vérifier cela… à peine après avoir commencé cela, Xavier arrêta et se pinça le bras… ce n’était peut-être qu’un rêve après tout. Et bien non… il se frotta le bras et recommença à chercher sur le Net.

** ** **

Elizabeth se réveilla à la suite d’une secousse qui venait d’avoir lieu... surprise, elle se releva… elle était où ? Pas dans sa chambre, ni chez une de ses amies ni à l’hôpital, le décor était trop sombre pour cela. Tout comme son frère, sans qu’aucun des deux ne le savent, elle se pinça le bras pour savoir si tout cela n’était qu’un rêve… et bien non. Elle sortit du lit… elle ne se souvenait pas d’avoir dormi dans un lit. Elle remit ses chaussettes, qu’elle n’avait pas enlevées, ses souliers qu’elle n’avait pas non plus enlevés, se dirigea vers ce qui ressemblait à une porte, l’ouvrit et vit que c’était comme un garde-robe. Elle referma la porte, se dirigea vers ce qui ressemblait à une porte et elle la regarda. Il n’y avait pas de poignée… elle regarda à côté de cette porte et elle vit une boîte, comme pour les systèmes d’alarme. Elle lit ce qu’il y avait dessus et poussa sur le bouton qui était indiqué ouverture. Et la porte s’ouvrit de haut en bas. Elle sortit de la chambre, regarda derrière-elle et chercha un moyen de fermer cette porte… elle vit à nouveau cette boîte, pressa sur le bouton fermeture et la porte se ferma.

Elizabeth regarda des deux côtés, chercha quelque chose qui pourrait indiquer où qu’elle était et elle ne vit rien du tout. Alors, elle pressa sur le bouton ouverture et entra dans la salle qui était derrière cette porte. C’était la salle où qu’elle avait été avant de s’endormir. Elle regarda autour d’elle et elle vit, installés sur des fauteuils, Anwar et Fay.

Ne sachant pas trop comment réagir, Elizabeth resta près de la porte. Après quelque instant, elle pressa sur le bouton de fermeture. Comme cela faisait un petit bruit, Elizabeth se rendit compte qu’Anwar et Fay l’observait. Elizabeth, se dirigea vers un fauteuil et elle s’y assit. Ne sachant pas trop quoi dire, Elizabeth commença par dire des phrases classiques.

« Bonjour… vous allez bien ? »

Anwar et Fay se regardèrent, se demandant si cette jeune fille allait bien… elle avait fait une crise et elle venait vers eux, comme si de rien n’était… mais à ce sujet, ils avaient complètement tort… Elizabeth, avait seulement le goût de crier et de pleurer à nouveau. Elizabeth, leur redemanda, car ils ne répondaient pas.

« Alors, vous allez bien ? Moi je vais assez bien… je n’avais pas mes chaussettes ni mes souliers lorsque je me suis réveillée… et je ne savais pas j’étais où… c’était assez bizarre… ensuite j’ai mis mes chaussettes, et puis mes souliers et je me suis dirigée vers une porte. Lorsque je l’ai ouverte, c’était un garde-robe… donc je suis allée vers une autre porte qui n’avait pas de poignée. J’ai pensé que j’étais peut-être enfermée, mais j’ai vu près de la porte un truc qui ressemblait à une boîte de système d’alarme et qu’il y avait dessus ouverture… j’ai pressé le bouton et la porte s’est soulevée… en sortant il y avait la même boîte et j’ai pressé sur le bouton fermeture. Ensuite, je ne savais pas où aller, mais j’ai tourné à droite et j’ai suivi le couloir… et puis me voilà! Et vous, qu’est-ce que vous avez fait ? »

Anwar et Fay écouta ce que venait de dire Elizabeth… plutôt perplexe… Fay ne saisit que quelqu’un mot, car Elizabeth avait dit cela très, très vite et Anwar se demanda si c’était bien normal cela… chaussette… garde-robe… système d’alarme… lorsqu’elle eut finie de parler, Elizabeth regarda Anwar et Fay et en voyant leur drôle d’air elle leur demanda.

« Quéssé qu’y a ? »

Anwar prit la parole se demandant ce que voulait dire Elizabeth… c’était peut-être 'Qu’est-ce qu’il y a' ?

« Et bien… Fay et moi pensions que tu réagirais autrement… pas en nous demandant si tout allait bien et raconter ton réveil… »

Elizabeth les regarda, et son sourire disparu… elle répondit donc, d’une voix triste.

« J’essayai de faire comme si tout allait bien… »

Le ton de sa voix baissait à chaque mot… jusqu'à ce que le 'bien' ne ressemble plus qu’à un murmure. Elizabeth regarda le bout de ses pieds, Anwar et Fay se regardèrent… et Anwar prit la parole…

« Alors, faisons comme si tout allait bien. Nous nous dirigeons maintenant vers la personne qui est très sage dont je t’ai parlé peu après notre rencontre. Tu as faim ? Ou soif ? »

Elizabeth regarda Anwar et elle lui sourit. Elle hocha la tête et elle s’installa correctement dans le fauteuil. Anwar se dirigea donc vers la porte, la même par où Elizabeth était arrivée. Ensuite, Elizabeth regarda Fay et lui sourit. Se rappelant de quelque chose. Elle dit donc.

« Moi c’est Elizabeth… »

Fay lui sourit et elle hocha la tête, se demandant comment elle allait prononcer ce nom… qui était un peu trop long à son goût… elle essaya tout de même de le dire.

« Elllliiiizzzzaaaabeeeeeth… Ellizzabeeth… Elizaabeth… Elizabeth… »

Elizabeth lui sourit, et elle lui demanda.

« Ça fait longtemps que tu connais Anwar ? »

Mais pourquoi lui parlait-elle ? Pourquoi Elizabeth souhaitait lui parler alors qu’elle maîtrisait à peine cette langue ?! Fay soupira et replaça quelques-unes de ses longues mèches de cheveux blondes. Comment lui expliquer qu’elle connaissait Anwar depuis des années ? Comment lui dire qu’elle le connaissait, car il l’avait sauvée d’une bande de Vampires affamés
alors que son vaisseau venait de s’écraser, par accident, sur Alombr ?

« Ua sniom qinc sna… Teup-ertê xis… »

Elizabeth fonça les sourcils. Elle n’y comprenait vraiment rien à cette langue. Peut-être comprendrait-elle mieux l’écrit ? Anwar n’était pas là et elle semblait beaucoup plus calme, mais elle ignorait s’il y avait seulement du papier et un crayon dans ce tas de ferrailles à la noix qui faisait du bruit. Voyant l’incompréhension d’Elizabeth face à ce qu’elle répondait, Fay soupira et montra six doigts.

« Six ? Jour ?... Non… euh... années, alors ? »

Un sourire apparut sur le visage de la femme. Six années ! Elle connaissait Anwar depuis six ans ! Lui servait-elle de garde-manger depuis ce temps ? À cette pensée, la jeune fille frissonna. Jamais elle ne laisserait ce demi-Vampire la mordre. D’ailleurs, elle ignorait que ce genre de truc existait. Elle savait que les Vampires existaient dans les livres, mais jamais des demi-Vampires! Y avait-il des demi-Lycans, aussi ?! Franchement, tout cela la dépassait. Et c’était quoi aussi ce drôle de dessin qu’elle avait pu voir à son arrivée dans le vaisseau ? Les planètes de Galav ? Avaient-elles un nom ? Où Elizabeth pouvait bien se trouver ? Franchement, c’était vraiment trop compliqué tout ça.

« Où sommes-nous ? »
« Vial… »

Vial ? Ah oui ! L’une des dernières planètes que son frère lui avait nommée. Elle ignorait complètement ce que c’était, par contre… Ça ne l’avançait à rien du tout… Tsss, quel imbécile ce Moron de frère ! Il aurait au moins pu lui dire ce qu’il y avait sur chaque planète. C’était vraiment trop compliqué tout ça… C’était trop pour elle… Elizabeth devait sortir de cet enfer ! À tout prix. Le fait d’être coincée dans un jeu vidéo ne la réjouissait pas du tout et encore moins dans cet imbécile d’univers merdique où elle ne comprenait absolument rien. Si seulement elle n’avait jamais joué à ce jeu complètement stupide !

** ** **
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gedauphin.forumactif.com
Genny
Admin


Messages : 343
Date d'inscription : 03/08/2010

MessageSujet: Re: Roman [GALAV]   Mer 4 Aoû - 19:31

Les yeux de Xavier fermaient, à présent, seuls. Il était sur l’ordinateur depuis très longtemps… Il devait être près de minuit et sa mère ne semblait pas s’être rendu compte qu’il ne dormait toujours pas. Le jeune garçon soupira. Heureusement que son père ne rentrait pratiquement jamais à la maison! Enfin, du moins, il rentrait toujours tard et partait toujours très tôt le matin… Xavier ne le voyait pratiquement jamais. Alors qu’il s’endormait doucement sur le clavier de l’ordinateur, une fenêtre MSN lui apparut à l’écran avec le même bruit habituel et horrible que faisaient ces fenêtres, chaque fois que l’on nous parlait. Sursautant, il se cogna les genoux sur la tablette où se trouvait le clavier et lâcher un « AÏE ! »… plus à cause de l’effet de surprise que par mal. Ce qu’il put lire à l’écran le laissa sans voix.

« Je suis le créateur de ce jeu… »

** ** **

La porte de la pièce s’ouvrit. Anwar était de retour avec quelques tasses et de la nourriture. De la nourriture ? Pour Elizabeth, ça ressemblait plus à de la gélatine ou encore le Jell-o que l’on servait à la cafétéria de son école. Rien qui ne semblait bien délicieux. L’homme posa le plateau remplit sur une petite table non loin des deux filles. Il prit place dans son fauteuil et leur adressa un sourire. Pour la première fois depuis qu’elle le connaissait, Elizabeth pouvait enfin se rendre compte que son teint était trop blanc pour être totalement Humain et que ses canines étaient bien plus longues que la moyenne… Un frisson de peur parcourut la jeune fille.

« Est-ce que… je peux vous poser quelques questions ? », demanda-t-elle, justement, à Anwar.
« Oui, vas-y. », lui répondit-il, d’un ton calme.
« Est-ce que vous pouvez aller au soleil ?! Quel âge avez-vous ?! Vous devez absolument vous nourrir de sang, comme les Vampires ? »
« Eh! Doucement, jeune fille… Laisse-moi le temps de te répondre avant de continuer… Oui, je peux aller au soleil, mais jamais plus de deux heures… autrement, ce n’est pas tant que je brûle comme les Vampires purs sangs, mais j’ai la peau trop blanche pour y rester… J’ai seulement 23 ans… Je vivrais plus longtemps que les simples Humains, mais je suis tout aussi mortel. Et oui, je dois me nourrir de sang, mais je peux m’en passer pendant environ une semaine sans trop de problèmes. Autrement, je mange comme les Humains. »

Elizabeth resta quelque peu sans voix. En fin de compte, il était plus Humain que ce qu’elle avait cru au départ. Mais avant qu’elle ne puisse lui poser d’autres questions, un vent violent se leva et par la fenêtre, Elizabeth put voir la pluie tomber… On aurait dit des clous…

« Mais… il pleut… Il ne pleuvait pas il y a deux secondes !!!!! », dit-elle, paniquée.

Fay éclata de rire. Prenant une tasse, la jeune femme blonde jeta un coup d’œil à l’extérieur. Un véritable tempête semblait ce déchaîner. On aurait dit un ouragan. La jeune fille rousse jeta un regard paniqué au demi-Vampire et Fay. Mais pourquoi ne réagissaient-ils pas ?! POURQUOI ?! La tempête s’abattait sur eux pourtant!

« Emlcal-iot Elizaaabeth, tes’c lamron. Vial, al, etènalp, tse isnia. El Spmet egnahc ne sniom ed xued sednoces. »
« Quoi ? J’ai rien compris… »
« Elle te dit de te calmer, que c’est normal que le temps change si vite, ici. », répéta Anwar tout en soupirant. Il finirait par apprendre cette langue à la jeune fille si cela continuait. Il avait marre de faire l’interprète. Ce n’était pourtant pas difficile à comprendre ! « Bon! On sort de l’orbite de cette planète et ensuite, direction Alombr! »

** ** **

« Je refuse de sortir ! »
« Elizabeth, voyons ! Je ne t’ai quand même pas mangé… et puis Fay veut bien descendre, elle… »
« Je ne descendrais PAS ! Je ne finirai certainement pas en casse-croûte pour Vampire! Je REFUSE de descendre ! »

Anwar, debout, observait d’un air décourager Elizabeth qui était assise à ses pieds, à se tenir comme une folle à tuyau pour être certaine qu’on ne la fasse pas sortir de force.

« Bon, très bien… reste ici, alors ! Mais ne te plains pas si les pilotes viennent boire ton sang… », dit l’homme, avant de lui tourner le dos, entraînant Fay à l’extérieur, sur Alombr.

Elizabeth, soudainement prise de panique à ses idées, lâcha un cri de peur, leur hurlant de l’attendre et de ne pas la laisser seule. Anwar et Fay se regardèrent en souriant légèrement… cela avait fonctionné, comme ils l’avaient pensé. Elizabeth préférait être avec eux, qu’être toute seule avec des inconnus, vampires de surcroît. Et ce qu’ils pensaient était vrai… Elizabeth préférait effectivement être avec eux, qui pourraient la protéger qu’être avec des inconnus qui ne la protégeraient pas. Elizabeth les suivit donc du même pas qu’eux qui était assez vite, mais Elizabeth qui était habituée de marcher vite, elle put donc en même temps regarder autour d’elle. Elle constata avec stupeur qu’il faisait sombre… et pourtant il faisait Soleil il n’y avait même pas une heure. Elle dit donc.

« Il faisait encore Soleil il y a environ une heure… il fait déjà sombre… est-ce que c’est normal ? »
« Oui, sur Alombr il fait toujours sombre. », Anwar lui répondit d’un ton qui semblait décourager. En fait, celui-ci se demandait s’il ne devrait pas lui donner un cours sur GALAV… peut-être… car il était fatigué de toujours répondre à ses questions… et aussi lui apprendre la langue de Fay.

Elizabeth hocha la tête et elle continua de regarder autour d’elle. Elle se rapprocha de Fay lorsqu’elle aperçue des yeux jaunes briller dans le noir. Fay lui sourit légèrement et elle lui parla et Anwar fit encore la traduction, du même ton que tout à l’heure.

« Tu vas t’habituer, ce sont les loup-garou, mais ne t’inquiète pas ils ne font pas de mal aux humains. », il avait rajouté la dernière partie lorsqu’il vit qu’Elizabeth s’était crispée et rapprochée de Fay lorsqu’il avait parlé de loup-garou.

Après environ dix minutes de marches, sans un mot, Elizabeth aperçue une cabane, Elle demanda donc.

« On va où et pourquoi on est ici ? »

« On va voir la personne sage et cultivée dont je t’ai parlé. Cette personne se nomme Gaanlaalvaïaoritémbalanor. »
« Quoi ? Comment ? Elle n’a pas un surnom? »
« On l’appelle aussi Madame… qu’est-ce qu’il y a ? », il venait de voir le drôle d’air d’Elizabeth. »
« Je pensais que c’était un homme la personne sage et cultivée… c’est pas drôle ! », elle avait dit cela lorsqu’elle s’aperçue qu’Anwar et Fay se retenait de rire… et Elizabeth éclata finalement de rire.

Et entre temps, ils étaient arrivés à la Cabane de la Vieille Madame Sage et Cultivée avec un très long nom compliqué. Elle se calma quelque instant plus tard, Anwar et Fay s’étaient arrêtés, mais voyant qu'Anwar et Fay ne se mettaient pas à rire. Elizabeth les regarda et elle haussa les épaules par la suite, peut-être qu’ils ne savaient pas rire... même s'ils avaient le goût de rire. Anwar prit la parole et dit.

« J’ai peut-être dit que les loup-garou ne nous attaqueraient pas, mais il y a d’autres créatures et même les loup-garou n’aime pas vraiment être dérangés parce qu’ils n’entendent pas souvent… le rire… alors… »

Elizabeth ouvrit, les yeux, mit sa main sur sa bouche et se colla sur Fay, s’étant décollée en riant… elle dit.

« Et… euh… on entre quand… on a besoin d’une invitation ? »

Anwar et Fay ne répondirent pas et du même pas, se dirigèrent vers la cabane de Gaanlaalvaïaoritémbalanor… Elizabeth les suivit donc, ne voulant pas rester seule dans cet endroit, très étrange, sans même cogner à la porte, Fay entra et Anwar indiqua à Elizabeth de la suivre tout en mettant un doigt sur ses lèvres. Elizabeth entra, Anwar la suivit et referma la porte, et elle se demandait pourquoi il fallait rester silencieux… comment la Vieille Madame Sage allait-elle les entendre alors ? Elle était vieille, et tous les vieux qu’elle connaissait étaient sourds ou allaient le devenir… elle regarda Fay et Anwar, comme si elle allait dire un mot, puis elle ouvrit la bouche, mais tous les deux secouèrent la tête et Elizabeth referma sa bouche, se demandant toujours pourquoi il ne fallait rien dire. Soudain, une voix douce, pas du tout tremblotante, se fit entendre.

« Laissez-la parler… »

Elizabeth regarda autour d’elle, surprise, il y avait une femme; une très vieille femme, mais jeune en même temps… devant le foyer qui n’y était pas il y avait quelques instants… elle regarda le fauteuil qui était là, Elizabeth conclue donc qu’elle devait être assise là. Elizabeth pouvait donc parler et c’est ce qu’elle fit.

« C’est vous Ga…», Elizabeth toussa et reprit, «… nor… » Elle n’attendit même pas sa réponse et reprit, « Est-ce que vous savez pourquoi je suis ici ? Pourquoi est-ce que le jeu vidéo de mon frère m’a aspiré ? Et pourquoi... est-ce que vous êtes sourde ? »

Anwar regarda Elizabeth, même si celle-ci ne le voyait pas, d’un air totalement surpris. Comment pouvait-elle oser lui dire cela. Fay tant qu’à elle avait un sourire sur ses lèvres. Anwar lui jeta un drôle de regard et elle arrêta de sourire. Ensuite, Anwar ouvrit la bouche, mais Gaanlaalvaïaoritémbalanor prit la parole avant.

« Ce n’est pas grave Anwar… elle ne vient pas d’ici. Et non, Etrangère se nommant Elizabeth je ne suis pas sourde… vient me donner la main, comme tu ne viens pas d’ici, je ne sais pas encore tout de toi… »

Elizabeth l’avait écouté avec grand étonnement, elle avait donc la bouche grande ouverte. Mais comment elle savait tout cela ? Elle n’était pas arrivée dans cette cabane depuis cinq minutes que la Vieille Femme Sage savait déjà son prénom… et elle était sûre que ce n’était pas un numéro, car comme elle aurait fait pour anticiper la réaction d’Anwar lorsqu’elle avait eu le goût de parler... elle ferma sa bouche et elle s’approcha de la Vieille Femme Sage. Près d’elle, elle prit la main, striée de veine, mais sans autre défaut, qui lui était tendue et elle attendit. Après peut-être dix secondes, la main de la Vieille Femme Sage lâcha celle d’Elizabeth et Elizabeth lâcha donc la main de Gaanlaalvaïaoritémbalanor et attendit toujours. La Vieille Femme prit la parole.

« Anwar, Fay et Elizabeth prenez donc un siège. », et elle tendit la main vers les chaises, trois… « Et approchez-vous de moi. »

Anwar et Fay s’exécutèrent, mais Elizabeth resta sur place, elle était sûre qu’il n’y avait pas de chaises il y avait quelque instant.

« Elizabeth… ut sav reutibah’t… »

Elizabeth cligna des yeux, regarda Fay, elle n’avait rien compris, mais elle se dirigea tout de même vers la chaise qui restait et elle l’apporta près de la Vieille Madame Sage. Et elle pouvait donc maintenant la regarder. Sa première impression était la bonne, elle était vieille, mais semblait jeune : elle avait les cheveux blancs, mais son visage n’était pas plissé, il avait seulement quelques rides au coin des lèvres… ensuite, elle attendit que la Vieille Madame Sage dise quelque chose. Elle la regarda, regarda Fay et ensuite Anwar. Et elle attendit à nouveau. Durant dix minutes, la Vieille Femme Sage ne dit rien, même chose pour Anwar et Fay. Elizabeth commençait à s’endormir, de plus en plus, même si elle n’était pas du tout fatiguée, elle lutta quelques instants, mais rien n’y fit.

Dans son rêve, Elizabeth flottait au milieu de nulle part. C’était complètement noir, et ce dans toutes les directions… après elle ne savait trop combien de temps, elle se sentit aspirée vers un point lumineux qu’il n’y avait pas lorsqu’elle avait regardé dans toutes les directions. Elle était aspirée très vite et elle s’arrêta d’un coup sec… c’était son frère ! Elle regarda autour d’elle et elle était dans son sous-sol de maison ! Elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais aucun son n’en sortit, elle tendit le bras vers son frère, mais elle passa au travers… est-ce qu’elle était morte ? Elle regarda l’écran d’ordinateur et elle vit qu’il était seulement presque une heure du matin… seulement une heure ? Pourtant, elle avait été aspirée par le jeu depuis des heures ! Elle en était certaine ! Elle regarda par la suite ce que son frère faisait aussi tard sur l’ordinateur, ce qui était habituel, mais habituellement il jouait à des jeux… mais là il n’y jouait pas… elle regarda donc ce qu’il faisait et vit une fenêtre MSN ouverte… et elle lit, son frère venant de ramener le texte au tout début… et Elizabeth pouvait donc y lire.

« Le Maître des Jeux :
Je suis le Créateur de ce jeu.
« CoolXa ! Vivement le congé ! Chuis pogné à la fin de GALAV… comment on tue le méchant ?
C’est ça…
« Le Maître des Jeux :
Ta sœur est là ?
« CoolXa ! Vivement le congé ! Chuis pogné à la fin de GALAV… comment on tue le méchant ? :
Elle dort… ou elle placote, elle est chez une de ses amies
« Le Maître des Jeux :
Ou elle est prise dans le jeu non ?
« CoolXa ! Vivement le congé ! Chuis pogné à la fin de GALAV… comment on tue le méchant ? :
Prise dans le jeu ? Vous nous avez espionné ?
« Le Maître des Jeux :
Non
« CoolXa ! Vivement le congé ! Chuis pogné à la fin de GALAV… comment on tue le méchant ? :
Mais comment vous savez ça alors ? Ça arrive à toutes les personnes qui finissent le jeu ?
« Le Maître des Jeux :
Tu es un petit futé.
« CoolXa ! Vivement le congé ! Chuis pogné à la fin de GALAV… comment on tue le méchant ? :
Quoi ? À toutes les personnes ?! Mais pourquoi elles ne disent rien aux informations ? Elles ne reviennent pas c’est ça ? Si ma sœur ne revient pas, ma mère va me tuer !
« Le Maître des Jeux :
Oui à toutes les personnes, celles-ci reviennent, mais elles ne disent rien… de peur de passer pour folles, de toute manière, elles n’osent pas parler, elles veulent garder GALAV que pour elles.
« CoolXa ! Vivement le congé ! Chuis pogné à la fin de GALAV… comment on tue le méchant ? :
Et comment elles reviennent ?
« Le Maître des Jeux :
Elles étaient toutes comme ta sœur, elles ne jouaient pas au jeu vidéo très souvent ou pas du tout. Elles étaient donc toutes accompagnées d’une personne comme toi qui connaissaient bien le jeu et qui ont fait la même chose que toi… faire des recherches et parler avec moi par la suite.
« CoolXa ! Vivement le congé ! Chuis pogné à la fin de GALAV… comment on tue le méchant ? :
Ah… et comment Elizabeth va faire pour sortir de là ? Tu vas aller la rejoindre…»

Le texte continuait encore, mais Elizabeth ne pouvait plus lire, elle était encore aspirée, mais dans le sens contraire… et elle se réveilla sur la chaise dans la cabane de Gaanlaalvaïaoritémbalanor.

Ce n’était pas Anwar, ni Fay, ni la vieille dame qui l’avait réveillé, bien au contraire... c’était plutôt des hurlements de loups. Un frisson de peur la parcourut lorsqu’elle ouvrit les yeux. Anwar s’était levé et observait l’extérieur, par la fenêtre de la pièce. La vieille dame était restée assise bien tranquillement sur sa chaise, tout comme Fay. Gaanlaalvaïaoritémbalanor se mit à parler, expliquant à Elizabeth que ce qu’elle venait de voir en rêve, était la réalité, mais dans son monde à elle. Cela c’était passé il y avait plusieurs jours déjà. Son frère était donc peut-être déjà dans le jeu! Il viendrait peut-être même la sauver! Si c’était le cas, Elizabeth se promit de ne plus jamais traiter son frère de moron. Mais c’était bien S’IL venait la sortir d’ici ! Autrement, elle irait peut-être l’égorger… C’était quand même de SA faute si elle était ici, coincée avec une vieille folle, une femme qui ne parlait même pas sa langue et qui laissait un demi-Vampire boire son sang et un demi-Vampire mystérieux! Était-elle la seule personne normale présente, ici ?!

Un cri de loup de fit entendre, ainsi qu’un hurlement déchirant. Une longue plainte qui glaça le sang d’Elizabeth. Blêmissant, elle eut soudain envie de vomir. Elle avait l’impression d’entendre une personne qui se faisait dévorer par ces dits loups. Elizabeth avait l’impression de regarder un film d’horreur, mais sans les images. Les images, elles, défilaient dans sa tête.
Elle avait l’impression de voir et d’entendre les os, d’une pauvre victime toujours vivante, craquer sous les crocs des loups qui dévoraient celle-ci, sans se soucier de ses plaintes qui se faisaient de plus en plus fortes et horribles à entendre. Même Anwar tressaillait de dégoût de temps en temps. La vieille femme, elle ne semblait pas les entendre. Fay, pour son compte, pleurait silencieusement, fixant obstinément le sol de la maison de Gaanlaalvaïaoritémbalanor.

« Ils vont venir attaquer ici dès qu’ils en auront fini avec cette pauvre personne… », murmura Anwar, qui semblait plus pâle que jamais. « Fay, Elizabeth… il faut partir d’ici. Vous deux, ils peuvent vous tuer ou encore vous transformer en Loup-Garou s’ils vous mordent. Vous êtes Humaines, moi non. »
« Anwar… », commença Fay, avant d’être interrompu par le demi-Vampire.
« Je ne risque absolument rien si je tente de les ralentir. Tu le sais très bien, Fay. »
« Sli tenvuep dnauq emêm et reut… », murmura la femme blonde, tout en essuyant ses larmes.
« Je ne les laisserai pas me tuer. »

Anwar s’approcha de Fay et la força doucement à se lever de la chaise. Il la serra un long instant dans ses bras, espérant réconforter un peu son amie qui se remettait à pleurer. La vieille dame, elle, s’était levée et avait soulevé le tapis de la salle, dévoilant une trappe.

« Écoute-moi bien, Elizabeth… Ton frère peut venir te chercher, mais il sera le seul à connaître la solution pour te faire partir de notre univers afin de retourner dans le tien. Tu dois le retrouver, sinon eh bien, tu seras coincée ici pour le restant de ta vie. C’est bien comprit ? »
« Oui, m’dame… et euh… il doit se trouver où ? »
« Probablement sur Gaïa… Mais ça, je n’en sais vraiment rien, ma petite. Je sais beaucoup de choses, mais cela, non. »

Pendant ce temps, Fay avait cessé de pleurer. La pression semblait immense pour la jeune femme… Elle semblait avoir si peur pour Anwar qu’Elizabeth n’aurait jamais crut qu’elle puisse tant tenir à ce demi-Vampire! Gaanlaalvaïaoritémbalanor ouvrit la trappe et les pressa de sortir. Les Lycans ne lui feraient rien. Les trois personnes se dépêchèrent de sauter dans le tunnel. Les hurlements des Lycans approchaient de la maison, il leur fallait faire vite !

« Qu’est-ce qu’on fait si on en rencontre dans le tunnel ?! », demanda Elizabeth à Anwar.
« Aucune idée ! Alors, continue de courir et ne te pose pas de questions. »

Au bout d’environ cinq minutes, ils débouchèrent à l’extérieur. La sortie de la trappe était entourée de Loups-Garous…

« Et qu’est-ce qu’on fait, maintenant, monsieur le demi-Vampire qui n’a rien à craindre ?! », demanda ironiquement la jeune rousse qui tremblait de peur, lorsqu’elle entendit une voix familière derrière les Lycans.

Plissant les yeux comme pour mieux voir, la jeune fille poussa un cri de joie. Son frère! Xavier, il était là ! Enfin, il était aux prises avec des Lycans… il semblait être leur prisonnier, mais il était là !

« XAVIER! JE SUIS LÀ ! », cria Elizabeth… avant d’être assommée par un coup de masse sur la tête. Anwar et Fay subirent le même sort…

** ** **

Lorsque Elizabeth se réveilla, elle regarda autour d’elle, mais elle referma vite ses yeux. Il y avait une lumière, qui n’était pas forte, mais Elizabeth avait vraiment mal à la tête. Comme si on l’avait assommée avec quelque chose… Elizabeth réfléchie quelque instant, se demandant pourquoi elle était attachée comme cela… elle ouvrit subitement les yeux… les Lycans ! Ils étaient arrivés derrière eux après être sortis de la trappe… comme s’ils savaient qu’ils sortiraient par là.

Elizabeth regarda autour d’elle et elle vit, avec soulagement, et cela allait sûrement être la première et dernière fois de sa vie, son frère, elle ne l’avait donc pas imaginé. Ensuite, elle regarda de l’autre côté et elle aperçue Fay et un peu plus loin, Anwar. Elle regarda vers son frère, et elle attendit qu’il respire ou fasse quelque chose pour pouvoir lui indiquer qu’il était bien vivant… et il respira presque tout de suite après. Ensuite, Elizabeth regarda dans la direction de Fay et Anwar… Fay respira, mais pas Anwar… mais est-ce qu’il respirait ? Et elle eut sa réponse assez vite, Anwar respira aussi.

Elizabeth se demanda pourquoi elle était déjà réveillée… elle était une humaine bien normale non ? Peut-être que les… Lycans l’avaient surestimée et ne l’avaient pas asses assommée… même si elle avait un de ses maux de tête ! Encore pire que lorsqu’elle étudiait pour les examens d’économie… elle continua de regarder autour d’elle pour observer la pièce où qu’elle était. C’était une pièce peu illuminée, son mal de tête avait vraiment exagéré la lumière, avec une porte, sans fenêtre. Comme dans un cachot… et c’était peut-être effectivement le cas. Elle prit une inspiration pour ne pas céder à la panique. Ensuite elle dit.

« Anwar… Anwar… Anwar… Anwar… Fay… Fay… Fay… Fay… »

Mais aucun des deux ne se réveillèrent… alors elle devait appeler son frère…

« Xavier… Xavier… Xavier… le Moron… le Moron… le MORON ! RÉVEILLE-TOÉ ! »

Mais ce ne fut pas Xavier qui se réveilla, mais Anwar… Elizabeth lui sourit, après avoir regardé dans la direction d’où il y avait eu le bruit des chaînes. Anwar lui envoya un regard de reproches et Elizabeth lui tira la langue, elle voulait simplement réveiller son Moron de petit frère qui avait aussi entré dans le jeu… elle espérait au moins que la conversation MSN c’était continuée après qu’Elizabeth soit partie à cause des cris de Lycans et qu’il savait comment partir de ce jeu…

« Xavier… Xavier… XAVIER ! LE MORON ! T’es-tu sourd ? »

Xavier ne se réveillait toujours pas, mais Fay se réveilla. Elizabeth soupira, secoua sa tête, désespérée… même assommé, Xavier dormait comme une bûche… il n’y avait pas d’eau ans le coin ? C’était souvent l’une des seules manières de le réveiller et sa mère l’utilisait assez souvent… Surtout le Lundi matin… Au moins, il était vivant… même si Elizabeth ne l’aimait pas beaucoup, c’était tout de même son frère et elle s’inquiétait pour lui… quelquefois… et là, c’était un de ses moments.

Elizabeth regarda par la suite Fay n’arrivant toujours pas à réveiller son frère. Fay lui sourit légèrement et Elizabeth fit la même chose. Ensuite, elles regardèrent toutes les deux vers la porte, il venait d’avoir un bruit de clés. Et c’était effectivement le cas. Deux personnes entrèrent dans le cachot… et son frère qui ne se réveillait toujours pas ! C’était bien lui ça… Elizabeth regarda dans sa direction, complètement découragée. Ensuite, elle regarda dans la direction des deux nouvelles personnes, surprise de voir qu’elles n’avaient pas de poils ou de canines… et pour elle… c’était bien mieux comme cela... peut-être… Elizabeth regarda Anwar qui regardait intensément les deux personnes. Après trente secondes de silence complet, l’une des deux personnes, le plus petit, prit la parole.

« Et bien le bonjour… un demi-vampire, une Enneiténalp et deux personnes venant d’on ne sait où… et tout cela seulement près de chez Gaanlaalvaïaoritémbalanor. Plutôt intéressant non… qu’est-ce que vous vouliez à cette chère vieille dame… ? »

Le plus petit des deux hommes devait sûrement s’attendre à ce que l’une des quatre personnes présentes répondent, tandis que le plus grand des deux se promenait en dévisageant les personnes présentes. Elizabeth, elle, regardait le plus petit des hommes… il agissait exactement comme son professeur de Biologie en Secondaire I ! Totalement sarcastique… et Elizabeth n’aimait pas vraiment les personnes comme cela, et habituellement, les personnes comme cela ne l’aimaient pas non plus… elle avait été la bête noire de son professeur, mais malheureusement pour lui, elle avait souvent des bonnes notes… m’enfin, le plus petit des deux hommes n’avaient pas l’air très sympathique non plus.

Elizabeth se désintéressa donc de lui et elle regarda le plus grand des deux. Il allait et venait d’une personne à une autre, sans s’intéresser à une plus particulièrement, sauf à Xavier qui s’était mit à ronfler… et dire que c’était son frère ! Elle secoua donc à nouveau sa tête, il n’était pas gêné du tout ! Elle regarda donc le plus petit des deux hommes qui regardait son frère d’un air un peu dégoûté. Ensuite, il regarda Anwar, Fay et elle et puis, il reprit la parole.

« Et bien, je vous trouve tout particulièrement chanceux… on ne vous a pas mordu… et tout cela grâce à moi… je trouvai cela bizarre de ne pas connaître la race de deux des quatre personnes présentent…. Enur, réveille le ronfleur. »

Le plus grand des deux hommes se dirigea donc à nouveau vers Xavier et se mit à le réveiller… il commença par le secouer légèrement et ensuite plus violemment. . Mais il ne se réveillait pas, il se mit même à ronfler plus fort… et le plus petit des deux hommes regarda Xavier, surprit. Elizabeth secoua à nouveau la tête, et dit, même si le plus petit des deux hommes venait de dire -Enur-.

« Lancez lui de l’eau, ça marche toujours… »

Enur alla donc chercher de l’eau qui était près de la porte et la lança sur Xavier… qui se réveilla effectivement… d’un air totalement surprit. Il vit Elizabeth et deux autres personnes qu’il avait déjà vu quelque part, mais il ne savait pas trop où, qui étaient attachées tout comme lui. Ensuite, il vit deux autres personnes non-attachées qui le regardaient. Il dit donc.

« Bonjour… j’ai manqué quelque chose ? »
« Ça… » Mais Enur fut interrompu par Elizabeth.
« Manqué quelque chose ? Manqué ? Tu blagues ? On a été assommé par des Lycans et ils nous trouvent chanceux de ne pas s’être fait mordre ! Et à cause de toi et de ton stupide jeu ! Et j’espère que tu as la solution pour sortir d’ici sinon, j’t’étripe ! »
« D’après toi, pourquoi je suis attaché ici ?! Parce que je suis sado’ ? Figures-toi donc que j’ai refais tout le jeu juste pour pouvoir venir te chercher, alors soit un peu reconnaissante pour une fois ! », Xavier avait dit tout cela tout comme sa sœur, d’un ton très énervé.
« Reconnaissante ? Moi ? Tu te prends pour qui ? Je vais être reconnaissante envers toi seulement lorsque je vais enfin être sortie d’ici ! Et dans mon lit après une bonne douche et sans… »

Mais Elizabeth ne put pas continuer sa phrase, car le plus petit des deux hommes prit la parole d’un ton qui disait, si vous parlez encore, je vous tue tous les deux.

« Arrêtez de parler ! Ce que les jeunes peuvent être impertinent aujourd’hui… Enur, essuie donc le minus, oui tu es petit, il va mettre de l’eau partout… merci bien ! Vous vous connaissez donc tous les deux… », et il fut interrompu par Elizabeth.
« Le connaître…ça oui… et bien malheureusement… monsieur… voici le Moron ! »
« Et monsieur, voici la Miss Parfaite ! »
« Quoi ? Miss parfaite ?! »
« J’ai dit… taisez-vous ! » Et le -ou-, de la fin avait continué… comme un hurlement de loup…

Elizabeth et Xavier arrêtèrent donc de ce chicaner…

Anwar, dans son coin, faisait de son mieux pour ne pas éclater de rire. Il connaissait suffisamment Elizabeth pour savoir qu’elle était têtue; d’ailleurs, son frère ne semblait pas mieux. Il restait silencieux, à observer les Lycan.

C'était cet imbécile de Loup-Garou qui avait faillit la tuer, lorsque son vaisseau s'était écrasé sur Alombr. Fay était heureuse de ne pas se faire reconnaître, en tout cas. Mais, cela faisait six ans... À l'époque, elle avait 18 ans quand Anwar l'avait sauvée. Lui, il avait 17 à cette époque. Il avait risqué sa vie pour sauver la sienne... Le vaisseau de Fay était entouré et toujours fumant. Il était à moitié ensevelit dans le sol de la planète Alombr. Les gens de l'équipage, les familles et les voyageurs qui n'étaient pas morts à l'écrasement s'étaient tous retrouvés tués par des Lycans. Fay s'était trouvée à être la dernière survivante de la flotte. Les cadavres jonchaient partout sur le sol couvert de sang quand elle était sortie du vaisseau, avec le capitaine. L'odeur de sang lui avait aussitôt saisit les narines. Elle en avait mal au cœur. Ce carnage l'aurait fait vomir si les Loups-Garous n'avaient pas commencé à l'encercler. Mais l'odeur forte du sang n'avait pas fait qu'attirer beaucoup de Lycans, mais quelques Vampires... et un demi-Vampire, Anwar. Celui ne supportait pas que l'on tue quelqu'un sans raison, même à cette époque. Il sauva Fay des griffes d'Enur, à ses risques et périls.

Depuis de temps, la jeune femme ne lâchait plus Anwar d'une semelle. Perdue dans ses réflexions, Fay revint à la réalité en entendant les deux enfants se hurler l'un sur l'autre. Encore ?! Ça devenait énervant qu'ils passent leur temps à ce chamailler. Même les Lycans semblaient découragés...

« ESPÈCE D'IMBÉCILE, TU AURAIS PU VENIR PLUS TÔT, AUSSI! ON NE SERAIT PAS COINCÉS ICI À CAUSE DE TOI ! »

« CE N'EST PAS DE MA FAUTE, QUE JE SACHE, SI ON EST COINCÉS ICI ! », Elizabeth criait, Xavier en ajoutant.

Le manège dura jusqu'à ce que le chef des deux Lycans leur annonce que demain, ils se débarrasseraient d'eux. Ils sortirent du cachots, laissant les prisonniers enchaînés, sans plus d'information sur leur sort.

« Euh... comment on sort d'ici, maintenant ? », demanda Elizabeth, ne souhaitant pas finir ses jours ici ou dans un bouillit à Lycan.

« Commence par venir m'enlever ces chaînes et je trouverai la solution... », fit Anwar, un peu désespéré de devoir tout faire lui-même Elizabeth s'emportant, boudeuse; elle n'avait même pas la clef des chaînes de toute façon !

Anwar lui répliqua que Xavier, lui, l'avait... Et les chamailleries des deux enfants reprirent de plus belle...

** ** **

Au bout d'environ trente minutes, tout le monde était libre. Xavier gardait toujours un passe-partout avec lui et Anwar l'avait vu plus rapidement que tout le monde... Eh oui ! Il avait une très très bonne vision le Anwar.

« Et maintenant ? », demanda Xavier.

Le garçon semblait bouillonner de joie. Il rencontrait Anwar... il était bien vivant! SON personnage était bien vivant... Wow ! Il n'aurait jamais cru pouvoir voir cela un jour.

« On sort par la fenêtre... », fit le demi-Vampire, en haussant les épaules.

La seule fenêtre de leur prison était basse, mais étroite... Fay se désigna volontaire pour passer la première. Anwar la souleva dans ses bras, pour qu'elle soit à la bonne hauteur et celle-ci ce mit à élargir le trou de la fenêtre. Ils étaient enfermés directement sous la terre... La fenêtre était donc au plafond... La terre tombait sur Anwar, mais celui-ci ne disait rien. Il ne fit que sourire quand le trou fut assez large pour laisser Fay passer. Il la hissa dehors. Il en fit de même pour les deux enfants, avant de lui-même se faire aider pour monter. Sans un mot, tous se mirent à fuir le repère des Lycans. Ils étaient enfin dehors...

** ** **

Après environ une heure de marche, ils arrivèrent enfin au vaisseau, qui fort heureusement était encore là et semblait en bon état, mais Anwar leur fit tout de même signe de faire attention. Il entra dans le vaisseau et puis il leur fit signe d’entrer, tout semblait normal. Ils entrèrent donc dans le vaisseau, faisant tout de même attention. Ensuite Anwar prit la parole.
« Attentez-moi ici, je vais faire le tour du vaisseau voir si tout est correct et trouver les pilotes… fermez la porte… »

Et ce fut Xavier qui ferma la porte en pressant sur le bouton fermeture, car il était le plus près de la porte. Ensuite, il se dirigea vers le milieu de la salle rejoignant Fay et Elizabeth… bien que Fay était au milieu des deux. Elizabeth se retenait pour ne pas se mettre à crier sur son frère et son frère faisait la même chose. Alors, pour essayer de détendre l’atmosphère entre ses deux jeunes personnes Fay leur demanda donc.

« Suov setê erèf te rueos? »
« Je suis désolée Fay, mais je ne te comprends toujours pas… tu veux que j’aille chercher Anwar ? » C’est ce que demanda Elizabeth, car elle ne comprenait toujours pas ce que Fay disait.
« Bien malheureusement Fay, je suis son frère… et je peux vous dire que ce n’est pas drôle tous les jours…»
« Tu comprends Fay ? Pourtant, je n’ai jamais entendu une langue comme cela! »
« Et oui… j’ai inventé cette langue, comme Anwar et Fay… je suis vraiment désolé… », il avait dit cela en regardant Fay qui était très surprise, pourtant elle avait des souvenirs de son enfance, elle savait qu’elle avait grandi, elle se souvenait de tout! Elle n’avait pas été inventé, elle en était certaine… elle regarda Elizabeth qui venait de prendre la parole et Fay lui sourit légèrement.

« Tu vois pas que tu lui fais de la peine ? Arrêtes de parler de ça… quand qu’on va être parti de cette planète et qu’on va avoir bien dormi tu parleras de tout ce que tu veux… »

Xavier soupira tout en se disant que les filles étaient trop sensibles pour elle… OK, cela avait été éprouvant, mais il fallait tourner la page non? Xavier secoua sa tête et il regarda par la suite vers la porte par où Anwar venait d’apparaître, suivi de deux personnes qui devaient le pilote et son copilote. Ceux-ci se dirigeaient vers une porte qui était la cabine de pilotage. À peine cinq minutes plus tard, le vaisseau décollait.

Durant ses cinq minutes de silence, tout le monde c’était mis à réfléchir… pas à grand-chose, car ils étaient tous fatigués. Alors, Anwar prit la parole.

« Je pense que tout le monde est fatigué et ne dites pas le contraire, car moi je le suis. Donc je pense qu’on pourrait aller se coucher et parler de tout demain. Il y a assez de chambre dans le vaisseau pour chacun d’entre nous, alors venez. »

Fay se dirigeait déjà vers la porte pour montrer le chemin, Elizabeth la suivit, suivit de Xavier et d’Anwar qui fermait la marche. Fay se dirigeait vers la même place que lorsqu’Elizabeth s’était réveillée lors de sa première fois dans le vaisseau. Fay lui indiqua même la même chambre. Elizabeth y entra donc et elle s’effondra sur son lit, Fay prit la chambre qui était juste à côté, Xavier la chambre qui était à côté de celle de Fay et Anwar la chambre qui était à côté de celle de Xavier.

** ** **

Le lendemain matin, Elizabeth se réveilla, s’étira et elle sortie de son lit; la veille, elle était tellement fatiguée qu’elle n’avait même pas enlevé ses souliers. Elle sortie de sa chambre, fonça dans Anwar qui passait et celui-ci grogna légèrement. Elizabeth se dit qu’il ne devait pas être du matin. Ensuite, tout en se dirigeant vers la salle, elle essayait de replacer ses cheveux qui étaient vraiment, mais vraiment très emmêlés. Arrivée dans la salle, elle vit qu’il y avait seulement Anwar d’arriver… Elizabeth eue le goût d’aller ce recoucher… même son frère serait meilleure compagnie que lui… Anwar était trop sévère pour elle et cela l’énervait. Elle en avait déjà assez avec les professeurs et sa mère…

Elizabeth alla donc s’asseoir en-face d’Anwar qui pensait la même chose qu’Elizabeth, mais en se disant que la jeune fille n’était pas assez sévère et prenait tout trop à la légère. Et un silence plutôt gênant s’installa. Elizabeth tendit son bras pour prendre la nourriture qui ressemblait à du Jell-o, mais Anwar lui décocha un regard noir. Il fallait donc attendre les autres. Ils allaient donc attendre assez longtemps, car son frère ne se réveillait jamais assez tôt. Anwar en avait eu la preuve… elle avait donc très hâte de voir arriver Fay. Elizabeth lâcha un soupir et Anwar lui demanda.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »
« C’est long… », Elizabeth avait répondu sur un ton assez surprit, car elle ne s’attendait pas à ce qu’Anwar lui pose cette question.
« On peut parler si tu veux…», Anwar avait tout simplement décidé d’essayer de casser la glace, même si la jeune fille l’énervait.
« De quoi ? », c’était vraiment très étrange… Elizabeth n’en revenait tout simplement pas!
« Pourquoi pas de ton monde ? Ou des vêtements de ton frère et toi, ils sont vraiment très étrange.»
« Mes vêtements ? Peut-être ceux de mon frère, mais les miens sont corrects… et ce sont vos vêtements qui sont étranges… pas les nôtres…»

Anwar soupira légèrement, elle s’obstinait même dans les plus simples sujets. Alors, il s’arrêta de parler et Elizabeth fit de même. Lorsqu’il y eu un petit bruit de porte qui s’ouvrait, tous les deux regardèrent qui étaient là. C’était Fay qui leur sourit lorsqu’elle arriva et elle alla s’asseoir à côté d’Anwar. Après cinq minutes de gros silence, Elizabeth se leva et elle se dirigea vers la porte, mais Anwar lui demanda.

« Où tu vas ? »
« Je vais essayer d’aller réveiller mon frère… j’ai faim…», et sur ses mots, Elizabeth pressa sur le bouton et alla dans le couloir, sans attendre la réponse d’Anwar.

Comme Elizabeth était partie avant qu’Anwar puisse dire quelque chose, elle ne put donc pas entendre Anwar qui disait.

« Tu ne peux donc pas attendre… non mais ! »
« Elle tse enuej, ec ste’n sap evarg. » répondit Fay, réprimant un sourire.
« Je n’ai jamais été comme ça, même jeune… », répondit Anwar, découragé.

** ** **

Pendant ce temps-là, Elizabeth se dirigeait vers la chambre de Xavier. Après avoir trouvé la bonne chambre, la deuxième après la sienne, Elizabeth pressa sur le bouton ouverture et se dirigea vers le lit de Xavier. Tout comme elle, il n’avait pas eu le temps de ce déshabiller. Et sur son lit, on aurait dit qu’il était Jésus sur la croix, mais sur le ventre. Du regard, elle chercha s’il n’y avait pas un lavabo, comme dans sa chambre. Et la réponse était oui, mais elle ne savait pas comment il fonctionnait… il n’y avait rien qui indiquait l’eau chaude ou l’eau froide. Alors, elle fit comme dans certains endroits où qu’elle avait déjà été; elle mit sa main en dessous du robinet et l’eau sortit. Contente, elle prit le verre, en forme de goutte, le remplit et l’envoya sur son frère… qui se réveilla en criant.

« Quoa ! Quéssé qu’y a ? Toi ? Pourquoi tu me réveilles ? », il venait de voir sa sœur avec un verre dans les mains et qui semblait fière d’elle.
« J’ai faim et Anwar ne veut pas qu’on mange avant que tout le monde soit réveillé… et il reste seulement que toi… »
« Car tu as faim ? Bfff… » et sur ce son, il se recoucha…
« Qu’est-ce que tu fais ? Ne te rendors pas ! Je ne veux pas rester seule avec Anwar ! Il me déteste ! Et je sais qu’il ne veut plus traduire ce que Fay me dit… s’il te plait…»

Xavier releva sa tête surpris… sa sœur qui lui demandait de l’aide ? Qui lui disait s’il te plait ? Cela devait vraiment être important… c’était la première fois qu’il entendait cela de sa part; sauf lorsque leurs parents étaient là et qu’ils devaient s’efforcer d’être polis l’un envers l’autre. Il se releva donc, et se dirigea donc vers la porte, toujours ouverte. Il entendit sa sœur pousser un soupir. Ensuite, tous les deux se dirigèrent vers la salle où les attendaient Anwar et Fay. Elizabeth alla s’installer à la même place qu’un peu plus tôt, et Xavier à côté de sa sœur. Et il dit.

« J’ai faim, on peut manger ? »
« Puisque tout le monde est là, oui. », répondit Anwar.

** ** **

Après le repas, composé de nourriture qui ressemblait à du Jell-O, mais qui avait des goûts différents, même si la couleur était identique, Fay demanda à Xavier.

« Tse-ec euq ut xuep reuqilpxe ioquroup ut sid euq ut suon sa étnevni ? »
« Xavier nous a inventé ? Tu parles de quoi Fay ? », Anwar la regarda assez surpris, se demandant quand avait eu lieu cette conversation… sûrement lorsqu’il était parti chercher le pilote et son copilote.
« Et bien… vous avez sûrement deviné, Eli’ et moi on ne vient pas du même monde que vous… et dans notre monde il y a des jeux qui font que l’on peut inventer des personnages et leur faire vivre une aventure… et vous êtes ses personnages que j’ai inventés… », en voyant l’air éberlués de Fay et Anwar, Xavier se mit donc à expliquer le but du jeu de Galav et ce qui s’était passé avec Elizabeth.

Après l’explication, Anwar et Fay regardèrent Xavier se demandant s’il était fou ou non… mais il devait être un fou très sage, car il avait correctement expliqué tout ce qui s’était passé, tout ce qu’il y avait sur Galav et il comprenait la langue de Fay. Anwar dit donc.
« Eh bien… Peu importe ! De toute façon, même lorsque vous partirez, notre vie continuera… comme avant… »

Anwar avait murmuré le 'comme avant', comme s’il avait peur qu’on l’entende. Elizabeth avait complètement bousculée ses plans, ses idées, ses projets et même si les autorités ne le cherchaient pas pour le meurtre du Conquérant, il risquait beaucoup en restant accompagnée de cette fille qui parlait de tout à n’importe qui et n’importe comment. Ils auraient pu rester plus longtemps, encore, chez les Loups-Garous pour en savoir davantage sur le sort qu’on leur réservait, mais par sa faute, ils avaient dû fuir en quatrième vitesse. Tant que Xavier aurait dormi, rien ne leur serait arrivé. Anwar aurait bien aimé en savoir plus… Elizabeth adressa un regard interrogateur à son jeune frère. Est-ce que tout redeviendrait normal, après leur départ ? Comment partir d’ici ? Xavier était supposé savoir comment selon cette vieille dame dont Elizabeth avait oublié le long prénom, pour la centième fois. Et leur mère ? Est-ce qu’elle savait ce qui se passait ici ? Allait-elle bien ? Depuis combien de temps était-elle partie ? Trop de questions. Pas assez de réponses.

« J’imagine que oui, puisque le jeu continuera à fonctionner sans cesse. Après avoir battu le Conquérant il me restait encore un tas de quêtes secondaires à faire et… »
« XAVIER, LA FERME ! », s’écria Elizabeth.

Elle ne voulait pas que son frère, aussi énervant puisse-t-il être, retouche à ce maudit jeu ! Y être coincé une fois était suffisant. Deux, c’était trop. Anwar avait beau ne pas être terriblement apprécié par Elizabeth, mais bon sang qu’elle serait perdue sans lui! En fait… elle ne le détestait peut-être pas tant que cela. Sans lui, elle serait probablement morte.

« Eh! Mais c’est MON jeu ! Je l’ai payé 50$ avec les taxes, alors pas question que je ne le finisse pas au complet ! », fit Xavier, d’un air plus que boudeur.
« Des taxes ? Qu’est-ce que c’est ? », demanda le demi-Vampire, observant les deux étrangers.

Comment expliquer cela à un homme qui venait même pas du même univers qu’eux ?! Xavier et Elizabeth Tremblay ne parlaient pas, ne sachant pas comment expliquer cela. Les taxes, ça servait à payer les services publics du gouvernement, mais eux, leur gouvernement, ce ne devait pas du tout être la même chose !

« C’est rien, oubliez cela… », marmonna Elizabeth, qui n’avait pas envie d’expliquer cela dès maintenant. « Alors, Xav’… t’es supposée savoir comment on sort s’ici… tu comptes me le dire un jour ? Maman va finir par s’inquiéter pour notre absence ! Et j’ai pas envie d’être privée de sorties pendant un mois, par TA faute ! »

Fay soupira, jetant un regard quelque peu perdu à Anwar. Décidément, les deux Tremblay la déstabilisaient complètement. Ils se chamaillaient pendant quelques minutes, puis, parlaient comme si de rien n’était.

« Bah… y a deux façons de partir d’ici… La première, tuer le Conquérant… »
« Il est mort. Je l’ai tué. », fit Anwar, interrompant Xavier dans ses explications.
« Mais laissez-moi le temps de finir… Bon… Oui, je sais que ‘théoriquement’, il est mort, mais… je n’ai jamais sauvegardé la partie de mon jeu, une fois que tu as été aspirée, Eli… Donc, le Conquérant est de nouveau vivant… la seconde, c’est partir d’ici le plus rapidement possible en cherchant, sur toutes les planètes, les ‘portails’. Je crois qu’il y en a deux, en tout, dans le jeu… Les portails nous ramèneront directement dans notre monde… le plus dur, c’est les trouver. Alors ? T’en penses quoi ? », demanda Xavier, fier d’avoir la solution au problème de sa sœur…

Tuer le Conquérant ‘ressuscité’ serait rapide, mais difficile. Trouver un portail, se serait long, mais facile… Elizabeth lui demanda

« Et est-ce que tu sais où sont les deux portails ou bien il faut les chercher sur toutes les planètes ? »
« Il faut les chercher partout sur toutes les planètes… ce qui fait cinq endroits de fouille différents et très large, mais pas très dangereux que si on essayait de tuer le Conquérant.»
« Pas très dangereux… et Alombr… on a failli se faire dévorer par des loups… euh… humains…»
« Alombr est une exception et même s’il y a un portail, sur Alombr, comme il y en a un autre, ça nous fait quatre planètes… »
« Je pense que Xavier a raison », dit Anwar pour éviter qu’il y ait une nouvelle dispute, voyant qu’Elizabeth allait parler, « et si on croise le Conquérant, je vais le tuer à nouveau… je l’ai déjà fait… »

Elizabeth regarda Xavier et Xavier regarda Elizabeth… c’était plus sage de ne rien dire. Alors tous les deux dirent en même temps.

« OK ! »

Anwar, les regarda quelque instant comme s’il ne les croyait pas et puis il se dirigea vers l’intercom pour demander au pilote et à son copilote de se diriger vers la Planète la plus près, mais d’éviter Alombr. Fay regarda Elizabeth et Xavier comme Anwar l’avait fait. Lorsqu’Anwar se rassit, il regarda les regarda à nouveau et il prit la parole.

« Vous pouvez faire ce que vous voulez… la planète la plus près est Laténo. » Il rajouta en voyant l’air d’Elizabeth. « Il y a des êtres fantastiques. ON voit tous un Château, mais le tien peut être blanc et le mien en brique brune et rouge… c’est le contraire d’Alombr… »
« Cool ! Il y a des fées, des lutins et des elfes ?»
« Ouais… c’est la planète préférée des filles en générale… » Xavier venait de dire cela, pour essayer de gâcher le bonheur de sa sœur.

Mais cela ne fonctionna pas, car Elizabeth lui fit simplement une grimace et elle se mit à imaginer Laténo. Xavier soupira, Anwar continua de les regarder bizarrement et Fay esquissa un sourire. Elle regarda Elizabeth et elle lui dit.

« Laténo, tse’c euqitsatnaf te sel stnatibah tnos sèrt seuqihtapmys. Ej sius erûs euq ut sav remia alec. »
« Laténo, c’est fantastique et les habitants sont très sympathiques. Je suis sûre que tu vas aimer cela. », traduisit Anwar; pour le peu de temps qu’elle allait rester, il pouvait bien continuer à traduire ce que Fay disait pour Elizabeth.

Elizabeth remercia Anwar d’un sourire et elle hocha la tête à ce qu’avait dit Fay. Cela devait vraiment être génial ! Et le portail devait sûrement être là non ? Si c’était aussi magique que cela, un portail magique devait être là. Mais il ne fallait pas trop s’attendre à quelque chose, ce monde était si bizarre. Elle releva la tête lorsqu’elle vit que Xavier se levait, comme Anwar et Fay avaient fait la même chose, il devait donc répondre.

« Je vais me recoucher… bonne nuit ! »

Et il se dirigea vers le couloir, on entendit ses pas s’éloigner, une porte ce refermer et puis plus rien. Anwar demanda à Elizabeth.

« Est-ce que ton frère dort toujours autant ? »
« Toujours, il a déjà dormit plus de vingt-quatre heures… il s’est endormit le soir et c’est réveillé qu’après avoir dormi une autre nuit et une partie de la matinée, et le pire dans tout cela, c’est qu’il était encore marabout par la suite ! »

Anwar regarda Elizabeth surprit, même lorsqu’il était blessé, il n’avait jamais dormi autant. Même lorsqu’il était évanouit. Il demanda à Elizabeth.

« Et qu’est-ce qu’il avait fait pour dormir autant ? »
« Rien… c’est juste qu’on ne l’a pas réveillé… »
« Votre planète est vraiment étrange… »
« Vos planètes aussi… »

Anwar ne rajouta rien, il savait où que cette discussion les mènerait s’il se fiait à la ‘discussion’ qu’il avait eue un peu plus tôt avec elle. Mais Fay lui demanda.

« Tnemmoc es tnemmon sov Setènalp ? »
« Comment se nomment vos Planètes ? »
« Il y a : Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Plut… non c’est plus une planète maintenant… et j’ai pas trop compris pourquoi… mais il y a juste la Terre qui est habitable… les autres ne conviennent pas pour toutes sortes de raisons… »

Et durant les deux heures qui suivirent, Elizabeth répondait aux questions posées par Fay et par Anwar qui décida de s’essayer et qui fut soulagé de voir qu’Elizabeth pouvait répondre sans s’énerver.

** ** **

Car deux heures ce fut le temps qu'il fallu pour pouvoir arriver sur Laténo. Elizabeth alla donc réveiller son frère avec de l’eau, il y eut encore une chicane entre ses deux-là et par la suite Anway, Elizabeth, Fay et Xavier sortirent du vaisseau pour pouvoir essayer de trouver le portail, s’il était bien sur cette planète.

Xavier, durant l’atterrissage, leur avait fourni la descrïption d’un portail : assez grand, ressemblant grandement à un immense fenêtre bleuté. Il avait ajouté que ça ressemblait beaucoup aux portails de téléportation que l’on voyait souvent dans les dessins animés, le matin, très tôt. Ce ne serait pas trop difficile à trouver, mais encore fallait-il savoir où chercher ! Une planète, c’était grand, quand même. Avec les avions, ça allait rapidement, pour en faire le tour, mais ici, mieux valait y aller à pied. Dans les airs, ils manqueraient peut-être le portail et Elizabeth n’avait aucune envie de finir ses jours ici, avec une espèce de demi-vampire créé par son moron de frère ! Il allait entendre sa façon de penser le Xavier, quand ils seraient de retour à la maison ! Plus jamais il ne la ferait jouer à ces stupides jeux vidéo. Plus JAMAIS !

La planète, dès qu’Elizabeth y mit pied, l’enchanta. C’était loin d’être comme Alombr ! En fait, s’en était tout simplement le contraire. Un véritable conte de fées… avec des véritables fées par-ci par là. La jeune fille rousse voyait, partout autour d’elle, de magnifiques champs de fleur colorées, un magnifiques soleil parfait pour s’y faire bronzé… chaud, mais frais à la fois. L’air environnant ne semblait pas réchauffé par l’astre de lumière et pourtant, on ne gelait pas, sur Laténo. Les gens y semblaient joyeux… Même Anwar, aussi sombre puisse-t-il paraître en tant que demi-Vampire, semblait heureux de se trouver sur cette planète. Ce qu’il devait voir n’était peut-être pas aussi beau et lumineux que ce qu’Elizabeth voyait, mais à ses
yeux, c’était beau.

« Pour ma part, je ne pourrai pas rester très longtemps au soleil. Je cherchai plutôt dans les immeubles, je me renseignerai auprès des gens et chercherai dans l’ombre. », fit Anwar, jetant un coup d’œil au soleil.

** ** **

« Nous allons à Anoria. C'est la planète la plus proche de Laténo. Si nous ne trouvons rien là-bas, nous irons à Gaïa et ensuite, sur Vial. » annonça Anwar, une fois que tout fut planifié avec les pilotes du vaisseau de celui-ci.

Anoria... sur cette planète, on retrouve dans tout l'hémisphère nord de la neige et dans tout l'hémisphère sud, du sable et chaud soleil. Une planète parfaite pour le ski et le bronzage, d'après Xavier. Elizabeth enviait pratiquement Anwar. Sur cette planète, il ferait soleil tout le temps qu’ils y seraient et il ne semblait pas y avoir beaucoup d’endroits sombres, aux dires de Xavier et Fay. Lui, il n’aurait pas à aller ce geler les fesses dehors ou à aller transpirer comme fou. Il avait de la chance, quand même. Elle, elle devrait suivre Fay et elle ne comprenait toujours rien à ce qu’elle disait.

« Elizabeth te iom snori snad erèhpsiméh’l dorN. Oit, Xavier, ut sari ua duS. », expliqua-t-elle, après avoir réglé le problème du ‘qui va où’, avec Xavier.

Une fois sur la planète, ils sortirent du vaisseau, laissant Anwar avec ses pilotes. Fay et Elizabeth prirent la direction de la moitié du haut de la planète et Xavier, celle du bas. Ce qu’il pouvait faire froid, dans toute cette neige ! Et dire que Xavier, lui, plutôt que de marcher dans la neige, il marchait dans le doux sable chaud… Pourquoi avait-il fallut que Fay et elles aillent dans l’hémisphère Nord, aussi ?! Xavier devait rire de leur tête, au chaud soleil !

** ** **

Le jeune frère d’Elizabeth suait. Ce qu’il pouvait faire chaud, ici… Néanmoins, il semblait fier de ne pas être en train de grelotter dans le Nord de la planète. Chercher serait long et pénible, mais il préférait avoir chaud que de geler.

« J’aurais dû demander au maître du jeu où il les avait mis, ces fichus portails ! Je ne pensais pas que ce serait aussi long et pénible de chercher ça… »

Il espérait trouver rapidement le portail. Autrement, il restait encore deux planètes où aller chercher et sur Gaïa, ce serait comme chercher une toute petite aiguille toute rikiki dans une balle de foin géante. Il fallait que le portail se trouve ici… Xavier en venait pratiquement à prier pour ne pas avoir à aller sur Gaïa. Cette planète ressemblait beaucoup à la Terre, en plus, mais tout était tellement différent ici, que ça compliquait un peu les choses.

Elizabeth et Fay progressaient lentement… trop lentement. La neige les ralentissait et elles avaient froid. De plus, toutes deux ne pouvaient même pas parler ensemble, faute de langues différentes. La neige… Elizabeth en avait plein ses souliers. C’était froid et ça fondait… La jeune fille rousse détestait le froid, cette planète et tout ce désert de neige! Tout ce qu’elle voulait, c’était rentrer à la maison le plus rapidement possible, rien de plus. Peut-être que les Lycans d’Alombr s’étaient à leur poursuite pour les manger, qui sait ? Elle frissonna d’horreur à cette pensée.

« ELIZABETH ! »

Le cri de Fay fit sursauter la jeune fille et la fit stopper dans sa marche. La jeune femme aux cheveux blonds lui pointa le sol. Elizabeth arqua un sourcil… La neige ! Elle était bleu… le portail était sous la neige !

« Anwar, ej el etcatnoc tuot ed etius. », dit Fay, prenant sur une sorte de téléphone portable. Elle devait, probablement appeler Anwar.

** ** **

Anwar, avec son vaisseau, avait été cherché Xavier avant de partir en direction du pôle Nord de la planète avec celui-ci. Ils rejoignirent rapidement les deux filles. Rapidement, le demi-Vampire et son amie dégagèrent le portail de la neige qui le recouvrait. Les deux jeunes pourraient, enfin, partir.

« Partez vite, tous les deux… Vous êtes restés ici trop longtemps. Le temps passe, aussi, dans votre dimension. » leur dit l’homme, visiblement maladroit avec les adieux, bien qu’il ne semble pas mécontent de les voir partir. « Elizabeth… j’ai bien aimé voyager avec toi… même si tu m’as causé probablement plus d’ennuis qu’autre chose... » finit-il par dire, d’un air
gêné.

Xavier se mit à rire… et reçut une belle claque, de la part de sa sœur, derrière la tête.

« Aïe ! Non, mais ça va pas la tête ?! Ça fait mal ! », fit le jeune garçon, se frottant la tête.

Elizabeth soupira, saluant Anwar et Fay, avant de mettre un pied sur le portail. Puis, elle mit son second pied dessus. Au bout d’une dizaine de seconde, une lumière bleuté entoura la jeune fille rousse, la faisant disparaître du jeu de Galav comme elle y était apparue. Xavier salua, avec bien plus de regrets de partir, ses deux personnages de jeu et imita sa sœur.

** ** **

« De retour à la maison, enfin ! Je me demande depuis combien de temps nous sommes partis… Maman va vouloir nous tuer… Et plus jamais je ne jouerai à ce débile de jeu… Plus jamais ! »

Elizabeth et son frère venaient de réapparaîtrent dans leur salon, à la maison, devant la console de jeu vidéo.

FIN

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gedauphin.forumactif.com
 
Roman [GALAV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi un bon roman peut changer notre cerveau
» Les Royaumes de Feu - Le roman
» [Resolu] nombre de pages dans le sprite livre ??
» Maison d'édition à compte d'éditeur
» Roman de Miss' Alex'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genny :: Créations :: Autres-
Sauter vers: